Projet


Lightsens

La technologie de capteurs à fibre optique permet d’obtenir diverses données physico-chimiques utiles par la mesure de température, de déformation, de vibration ou encore de concentration (bio)chimique. Cette technologie présente en outre une robustesse intrinsèque face aux environnements industriels sévères tels que la haute tension, les hautes températures, les atmosphères explosibles ou les atmosphères fortement perturbées en radiations électromagnétiques.

Les acteurs industriels du projet LightSens souhaitent donc porter la fibre dans leurs domaines d’activités qui sont assez complémentaires et regroupent la fiabilité industrielle, la mesure de température (notamment au sein de satellites), la mesure de contrainte (également pour le monitoring ferroviaire) et le monitoring environnemental dans l’eau ou dans l’air.

Le consortium a identifié des verrous technologiques communs à ces secteurs. Dès lors, les industriels et les centres de recherche agréés vont collaborer sur les problématiques communes afin de porter l’utilisation de capteurs à fibres optiques à des niveaux exploitables dans les domaines d’application des industriels.

Ce projet amènera non seulement une plus-value technologique importante pour la Wallonie, mais également une création de savoir-faire et de compétences pour des emplois à haute valeur ajoutée.

Objectifs et missions de Materia Nova

Au sein du consortium, Materia Nova se concentre sur le cahier des charges des mesures par fibres de Bragg (B-SENS) dans le secteur Spatial (THALES): les interfaces physico-chimiques entre la surface sensible à sonder et les fibres à réseaux de Bragg tout en tentant compte des contraintes spécifiques de l’environnement spatial. Materia Nova a une expertise unique dans la préparation avancée de la surface (nettoyage avancé, greffage de molécules) en vue d’obtenir un collage ad hoc et reproductible. La sélection d’une colle multifonctionnelle sera aussi nécessaire. Au-delà du simple collage, lors de l’échauffement de la surface sensible, cette interface collée va aussi subir des contraintes thermomécaniques (échauffement différentiel, modification de l’état de contrainte au sein de la colle) susceptibles de fausser la mesure de température. En outre, les conditions spatiales (vide, radiations, variations de température) peuvent impacter la durabilité de la performance du système collé. La solution globale envisagée (pré-traitement et collage) devront permettre une mesure fiable, reproductible et suffisamment durable de la température de la surface sensible. Durant la phase de sélection des matériaux et des traitements, il sera utile d’avoir aussi recours, au bon moment, à des caractérisations physico-chimiques avancées de cette interface qui ne pourront se faire que chez Materia Nova.

Le consortium:

I-care, Alstom, Thales et B-Sens s’associent dans ce projet aux centres de recherche Materia Nova, Sirris, Cetic et Multitel par l’intermédiaire de la plateforme A6K à Charleroi.

FIND OUT MORE