Projet

Monaco

Le projet « MONACO » vise à « développer un outil d’aide à la maitrise et l’optimisation des propriétés mécaniques de couches/surfaces nanohybrides MeC-DLC pour outils de compression de poudres » dans le cadre du programmeWin2Wal, lancé par l’Administration.

Il s’agit d’établir le lien entre les paramètres de dépôt, les propriétés intrinsèques du revêtement et la performance finale du système revêtu. Les matériaux nanohybrides de type MeC-DLC ont été choisis pour les nombreux degrés de liberté qu’ils offrent dans l’optimisation des performances en ce qui concerne les spécificités du procédé de compression des différents clients potentiels. Ceci comprend la taille et répartition des inclusions, le ratio entre les phases, l’épaisseur et la structure générale du revêtement.

La contrepartie est la difficulté d’anticiper les performances du revêtement sans une étude poussée des privilèges entre la structure et la composition de la couche et ses propriétés intrinsèques (durée, module d’élasticité, ténacité), et entre les propriétés intrinsèques de la couche déposée et les performances finales de l’outil revêtu.

La création d’un outil de sélection intuitif base sur une méthodologie de sélection rationnelle jette les fondements pour, à la suite, développer et optimiser de nouveaux revêtements :

  • de manière accélérée,
  • à coût moindre.

 

Objectifs et missions de Materia Nova

Materia Nova depose des couches Mec-Dlc nanohybrides par PVD presentant des compositions et structures variées. Les dépôts seront réalisés sur différents substrats dont les "lab-on-ship" développés par l UCL.

Materia Nova prend également en charge certaines  caractérisations comme les analyses xps.

 

Consortium

Ionics, UCLouvain, Materia Nova.